déjà

déjà [ deʒa ] adv.
des ja 1265; de des (dé-) et a. fr. ja « tout de suite », lat. jam; cf. jadis, jamais
1Dès l'heure présente, dès maintenant. Il a déjà fini son travail. Il est déjà quatre heures. Vous pouvez déjà lire le début. C'est prêt ! — Déjà ?
Dès lors, dès ce temps, en parlant du passé ou de l'avenir. Il était déjà marié à ce moment-là. Quand il arriva, son ami était déjà parti. Demain il sera déjà parti. Loc. adv. D'ores et déjà. 2. or.
2Auparavant, avant (cf. Une première fois). Je l'ai déjà rencontré ce matin. Tu me l'as déjà dit. C'est du déjà(-)vu. 1. vu.
3Fam. Renforçant une constatation. Ce n'est déjà pas si mal. C'est déjà bien. En fin de phrase, pour réitérer une question dont on a oublié la réponse. Comment vous appelez-vous, déjà ?
⊗ CONTR. Après, ensuite.

déjà adverbe (de dès et ancien français ja, du latin jam, maintenant) Dès maintenant, dès ce moment-là : Quand je suis arrivé, il était déjà parti. Précédemment, auparavant (avec un passé) : Je te l'ai déjà dit plusieurs fois. Marque un certain degré non négligeable en renforçant une constatation : Arriver cinquième, ce n'est déjà pas si mal. Familier. S'ajoute en fin de phrase à une question demandant de rappeler ce qu'on a plus ou moins oublié : Où est-ce qu'il habite, déjà ?déjà (difficultés) adverbe (de dès et ancien français ja, du latin jam, maintenant) Prononciation [&ph88;&ph89;ʒ&ph85;], bien articuler les deux syllabes (dé-jà).Remarque La prononciation en une seule syllabe, supprimant le é (j'te l'ai d'jà dit) est relâchée. Orthographe Bien noter l'accent grave sur le a. Registre Déjà que, en début de phrase, est familier : déjà qu'il n'aime pas arriver en retard.

déjà
adv. de temps.
d1./d Dès le moment même, au moment où l'on parle, dès à présent. J'ai déjà fini mon ouvrage.
d2./d Dès le moment (passé ou à venir) dont on parle. Quand vous arriverez, je serai déjà parti.
d3./d Auparavant. Je vous l'avais déjà dit.
d4./d Déjà! Interj. marquant la surprise devant ce qui arrive plus vite qu'on ne s'y attendait. Déjà prêt!
d5./d (Marquant, dans une affirmation, que la chose affirmée n'est pas sans importance.) C'est déjà gentil d'être venu.
|| (En fin de phrase, pour se faire rappeler ce que l'on a oublié.) C'est combien, déjà?
d6./d (Suisse) Très certainement. Il viendra déjà.

⇒DÉJÀ, adv. de temps.
I.— Sens temp. Déjà exprime la précocité de survenance d'un procès qui, attendu pour plus tard, aurait pu ne pas se produire à la date à laquelle il est censé se produire. Anton. pas encore.
A.— Emploi autonome
1. [En combinaison avec les temps simples]
a) [Les temps simples imperf. et les temps simples du subj.]
Déjà + part. prés. Je rentre, la tête pleine de projets, poussant déjà par l'esprit mes meubles entre ces murs (GREEN, Journal, 1946, p. 40) :
1. À André Piémont.
Quand, m'éloignant déjà de la fête qui chante,
La mort autour de moi tissera ses réseaux,
De sa bouche édentée et de sa main tremblante,
Quand une âpre vieillesse aura vidé mes os,
Me souviendrai-je encor des fleurs chaudes et mûres, ...
MUSELLI, Les Travaux et les jeux, L'Horloge, 1914, p. 27.
Déjà + verbe au prés. Déjà, déjà, j'entends les abois de la meute, Et je bondis avec mes cheveux sur mon dos! (SAMAIN, Chariot, 1900, p. 161). Tiens! Il est déjà six heures et demie; tu me paies à dîner? (ARLAND, Ordre, 1929, p. 404). Mais déjà s'éclaire la ville vers le centre, où sont les plaisirs (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 192).
Déjà + verbe à l'imp. Il était en effet à ce moment déjà fort malade et s'épargnait les fatigues autres que celles qui lui paraissaient peut-être lui donner du plaisir (PROUST, Temps retr., 1922, p. 731) :
2. Déjà les premières ombres de la nuit commençoient à envelopper le bosquet d'orangers, et donnoient à la nature cette teinte de mélancolie qui favorise si bien les méditations religieuses et les tendres rêveries, ...
COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 147.
Déjà + verbe aux temps simples du subj. Que vous en dirai-je que vous ne connaissiez déjà? (MILOSZ, Amour. initiation, 1910, p. 8) :
3. — Est-ce vrai, Monsieur Mouret, demanda-t-elle, vous avez donc quitté le Bonheur des dames?
Il fut surpris qu'on le sût déjà dans le quartier.
ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 181.
b) [Les temps simples perf.]
Déjà + verbe au passé simple. J'étais encore dans ma tendre enfance, et aux bras de ma nourrice, quand ma nature cruelle et farouche montra déjà sa barbarie (CAMUS, Dév. croix, 1953, p. 532). Déjà il me sembla que je devais communiquer la solitaire expérience que j'étais en train de traverser (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 191) :
4. Dès les temps les plus anciens l'Hindou spécula sur l'être en général, sur la nature, sur la vie. Mais son effort, qui s'est prolongé pendant un si grand nombre de siècles, n'a pas abouti, comme celui des philosophes grecs, à la connaissance indéfiniment développable que fut déjà la science hellénique.
BERGSON, Les Deux sources de la mor. et de la relig., 1932, p. 237.
Rem. Déjà peut ne modifier qu'en apparence le procès exprimé au passé simple. Quoiqu'il fût à peine midi, je le trouvai déjà à table [je le trouvai déjà à table = « je le trouvai (qui était) déjà à table »] (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 63).
Déjà + verbe au fut. Cela n'aura de sens qu'une minute et sera déjà trop vieux quand tu le recevras (MALLARMÉ, Corresp., 1863, p. 77). Demain, sans doute, elles seront déjà gâtées par la pourriture et la mort (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 54).
c) [Le cond.] S'il ne fallait que se jeter dans le feu, j'y serais déjà (BECQUE, Corbeaux, 1882, IV, 3, p. 223). Atys, l'enfant divin, te lasserait-il déjà de ses vaines caresses? (BARRÈS, Barbares, 1888, p. 127) :
5. CHRISTINA. — C'est nécessaire d'abord que je sois divorcée, non?
CARLOS, haussant les épaules. — Divorcée tu serais déjà si tu le voulais!
BOURDET, Le Sexe faible, 1931, II, p. 321.
2. [En combinaison avec les temps composés]
a) Déjà + verbe au passé composé. Je savais bien qu'on le verrait seulement ce soir, encore s'il daigne revenir! Il a déjà découché cette nuit, malgré sa promesse formelle (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 1110). Bien des choses ont changé déjà, depuis que le cordonnier pense plus loin que son cuir (ALAIN, Propos, 1929, p. 847).
b) Déjà + verbe au p.-q.-parf. À peine trois jours s'étaient écoulés depuis l'arrivée de Magdeleine, qu'elles avaient déjà assisté à un bal magnifique (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 104). Knock. — Vous aviez déjà consulté le docteur Parpalaid? La Dame. — Non, jamais (ROMAINS, Knock, 1923, II, 4, p. 11).
c) Déjà + verbe au fut. ant. Défalquez-en ce que ces messieurs ou vous aurez déjà reçu et envoyez-moi cet aperçu de compte bien en règle (LAMART., Corresp., 1832, p. 244).
d) Déjà + verbe au cond. passé. Voltaire même n'a pas si crûment considéré le sacerdoce. Il ne s'est pas risqué dans le cœur même du prêtre pour y chercher ce qu'il aurait déjà trouvé, — le mensonge ou la plus niaise crédulité, que, l'un ou l'autre, Beyle y découvre toujours (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 114).
e) Déjà + verbe aux temps composés du subj. Trop heureux si, troublant un bonheur aussi doux, Son père n'eût déjà fait choix d'un autre époux! (DELILLE, Homme des champs, 1800, p. 91). Pour moi, il n'est pas douteux que Mademoiselle votre fille n'ait déjà donné les signes évidents de la vocation religieuse (BERNANOS, Joie, 1929, p. 631).
3. [En cas d'ell. du verbe, seul ou avec des adj. des part. passés ou des subst.]
a) [Avec des part. passés] On annonça le dîner. Julien, déjà fort mal disposé, vint à penser que, de l'autre côté du mur de la salle à manger, se trouvaient de pauvres détenus, sur la portion de viande desquels on avait peut-être grivelé pour acheter tout ce luxe de mauvais goût dont on voulait l'étourdir (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 139).
b) [Avec des adj.] Avec sa lorgnette il l'examina, et elle lui parut touchante dans son ample vêtement blanc, tandis qu'elle attachait sur Siegmund, son frère inconnu, des yeux déjà brûlants d'amour (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 17).
c) Rare. [Avec un subst.] :
6. Costals, devant ces images, pleines de sous-entendus idéalistes, songea à ce « lui » et à cette « elle » dont on a trouvé les effigies en mosaïque dans les ruines de Pompéi : elle, une dinde, lui, un abruti — tellement déjà le couple éternel.
MONTHERLANT, Les Lépreuses, 1939, p. 1416.
d) [En combinaison avec une indication de date, d'heure, etc.] Déjà, souvent, on a cru ces révolutions prêtes à arriver (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 138). Je déclinai de la présenter. C'était le soir et déjà alors, ce pauvre Édouard, à neuf heures du soir, n'était plus l'homme du matin (STENDHAL, Souv. égotisme, 1832, p. 114).
Rem. 1. Il y a pléonasme ou renforcement styl. dans la lang. parlée si déjà et dès se combinent dans la même prop. Dès à présent, et dès avant hier déjà, la lutte est vaine; c'est en vain que se font tuer nos soldats (GIDE, Journal, 1940, p. 28). Le but à atteindre était de réaliser ce que les savants, dès 1943 déjà, avaient envisagé à Los Alamos sous le nom de superbombe ou bombe à hydrogène (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 86). 2. La contraction en djà/d'jà est possible et même fréq. V'là d'jà l'an prochain (RICHEPIN, Chans. gueux, éd. rev. et augm., 1881, p. 36).
e) [Empl. seul et en fonction interjective] « Comment, paresseuse, encore couchée? Il est dix heures, sais-tu? » Une voix de femme répondit :« Déjà! J'étais si fatiguée d'hier » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Ma femme, 1882, p. 670).
B.— Dans des loc. adv.
1. [Dans le cas de la double négation pas/point déjà, déjà... verbe... pas/point] Je serais bien surprise, me dit-elle, si mon mari ne vous avait pas déjà parlé de Jeanne (A. FRANCE, Bonnard, 1881, p. 367). On verrait bien s'il n'était pas de taille déjà à violenter le jury (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 302) :
7. Moi, celui-là même qui m'a trahi, je m'en sers comme traître (...). Car ma connaissance de mon adversaire n'est-elle point déjà une arme?
SAINT-EXUPÉRY, Citadelle, 1944, p. 860.
Rem. Non déjà peut remplacer ne...pas déjà (en alliance avec un part.). Je croirais assez qu'elles ne s'étaient jamais trouvées vis-à-vis une bouteille non déjà entamée (STENDHAL, op. cit., p. 83).
2. Déjà plus (except. plus déjà). Déjà marque qu'un procès a cessé au moment du temps considéré et qu'il déclare précoce. C'est vous qui êtes à la mode et moi qui ne le suis plus déjà (CLAUDEL, Protée, 1927, II, 3. p. 393). Ça n'allait déjà plus tout seul, quand un jour le voilà qui trahit Judas, un de ses aides (PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 36) :
8. — Est-ce que tu vas écrire cela?
— Cela? Quoi cela?
— Ce que tu as dit.
— Et qu'est-ce que j'ai dit? Je ne me souviens déjà plus.
ROLLAND, Jean-Christophe, Le Buisson ardent, 1911, p. 1316.
Rem. L'emploi substantivé de la loc. est possible. Après coup la nécessité implacable, quoique indémontrable, se reforme, et la liberté n'est plus que le charme très vain de l'avoir-été, le charme (...) d'un déjà-plus qui n'a jamais été maintenant (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 204).
3. D'ores et déjà. La locution souligne (à l'aide de ores) l'actualité, déclarée précoce, du procès. La culture des tissus a d'ores et déjà conduit à d'importantes découvertes (J. ROSTAND, Vie et ses probl., 1939, p. 58) :
9. La très faible mesure dans laquelle, d'ores et déjà, le surréalisme nous échappe n'est, d'ailleurs, pas pour nous faire craindre qu'il serve à d'autres contre nous.
BRETON, Les Manifestes du Surréalisme, 2e Manifeste, 1930, p. 150.
C.— Emploi substantivé. [En alliance avec un part. passé] Le déjà dit, le déjà(-)vu. Du nouveau, à tout prix! Ils avaient la frayeur maladive du « déjà dit » (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 691) :
10. Ce n'est pas que cette méthode n'ait été souvent employée; c'est qu'on ne s'avise pas que la recherche même ne s'applique que sur un « déjà trouvé »; que d'ailleurs la chose considérée ne supporte pas d'être réduite à quelques-uns de ses traits sans perdre sa vertu émotive intrinsèque.
VALÉRY, Variété III, 1936, p. 159.
11. Dans l'action, c'est l'utopie directrice, qui nous délivre du déjà-vu et du déjà-fait, et décuple nos forces par son élan prophétique.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 654.
Rem. gén. sur la place de déjà. Déjà se place ordinairement après le verbe ou entre l'auxil. et le part., mais il peut aussi, pour plus de relief (expressivité, affectivité), précéder le verbe ou se placer soit avant l'auxil. et le part., soit après (cf. supra ARAGON, op. cit., p. 192; BEAUVOIR, op. cit., p. 191; ALAIN, op. cit., p. 847; GOLDSCHMIDT, op. cit., p. 86).
II.— Lang. fam., sens log.
A.— Déjà marque un degré relatif et signifie qu'un résultat partiel est acquis dès le moment considéré. La supérieure avait dit au départ :« Ce sera déjà un miracle si elle arrive jusqu'à Épinal » (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1908, p. 56) :
12. Vous avez vu en secret ce jeune homme, c'était déjà un grand tort, mais enfin votre premier mouvement de jeune fille bien élevée a été de demander le mariage...
DURANTY, Le Malheur d'Henriette Gérard, 1860, p. 103.
13. T'en reviendras de ton Amérique et dans un état pire que nous! C'est tes goûts qui te perdront! Tu veux apprendre? T'en sais déjà bien trop pour ta condition!
CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 234.
Rem. 1. La négation de ce tour est fournie par déjà pas et plus rarement par pas déjà. La mère répondit à sa fille qu'elles n'avaient déjà pas trop pour deux et qu'elles n'auraient pas assez pour trois (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 6). Lemoine, qui ne quittait jamais Sulphart d'un pas, haussa lentement les épaules. — Tu vas pas déjà abrutir ces mecs-là avec tes boniments à la graisse, lui reprocha-t-il de sa voix traînante (DORGELÈS, Croix bois, 1919, p. 9). Leur choix se porte sur le sous-préfet. Ce n'est déjà pas si mal. (GIRAUDOUX, Intermezzo, 1933, I, 5, p. 44). 2. En fr. région. et notamment au Canada, déjà signifie « d'ailleurs, au reste » : Vous êtes pas déjà si fin = vous n'êtes pourtant pas si fin (cf. Canada 1930).
B.— [Déjà en phrase interr.] Déjà constate que l'information appelée était connue, mais qu'elle est momentanément oubliée, c'est-à-dire qu'elle a, malgré cet oubli, une sorte de réalité dès le moment où la question est posée. Déjà est sans incidence sur la réponse attendue et n'appartient pas à la question. Une pause entre le verbe et déjà le situe en dehors du schème de la phrase :
14. Comment c'est le nom de ce pays, déjà? Bezoncourt? Bezancourt?
GIONO, Le Grand troupeau, 1931, p. 54.
15. MADEMOISELLE. — Eh bien, il n'est pas nécessaire que nous soyons tous sur le pont. L'« Anglais », comme vous l'appelez, n'est pas un si grand personnage...
JEAN. — Quel est son nom, déjà?
MAURIAC, Asmodée, 1938, I, 1, p. 16.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694 et 1718, s.v. desja. Ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. MART. Comment prononc. 1913, p. 75, rejette la prononc. [] admise ds PASSY 1914, qu'on entend dans le parler très relâché et qu'il juge ,,patoise``. NYROP Phonét., 1951, § 83, constate une certaine durée sur [e] dans des mots tels que déjà [], gaîté [], guéri []. On peut imputer cet allongement au souci d'expressivité qui fait accentuer la 1re syll. de ces mots. Déjà fait partie des mots dans lesquels l'à final porte un accent grave. On le rencontre sur (prép.) qu'il distingue de ou (conj.), sur à (prép.) qu'il distingue de a (verbe avoir), sur çà et (et conséquemment sur deçà, delà, voilà, holà) qu'il distingue de ça (cela) et de la (art.). Comparez cela (dém.) et celui-là (cf. Ortho-vert 1966, p. 188). Dans ces mots, dans lesquels l'a lat. s'est conservé parce qu'ils sont des proclitiques, l'accent grave a donc un rôle distinctif par rapport à un homogr. ou un rôle séparatif par rapport à un mot suiv. de la phrase (cf. BEAUL. t. 2, 1927, p. 93, 95). Étymol. et Hist. Ca 1275 des ja « dès à présent » (J. DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 19189); 1465 desja « dès ce moment là (du passé) » (COMMYNES, Mémoires, éd. Calmette, t. 1, p. 22); av. 1549 « auparavant, à un moment donné du passé » (MARG. DE NAVARRE, Lett., 151 ds LITTRÉ : Mais si vous n'estes à la court et que le dict protonotaire ait desja tenu les dicts propos); 1604 renforçant une constatation (MONTCHRESTIEN, Cartagin., éd. Petit de Julleville, p. 143 : C'estoit desja beaucoup que d'encourir la haine Des grands Dieux immortels et de la gent Romaine); 1834 en fin de phrase interrogative (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, p. 198). Composé de dès et de l'a. fr. ja désignant un moment du présent (Passion, éd. d'Arco Avalle, 429, 430) ou du passé (ibid., 131), du lat. class. jam « dès maintenant; maintenant, dans un instant, tout à l'heure, il y a un instant, déjà ». Fréq. abs. littér. :41 447. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 50 057, b) 49 242; XXe s. : a) 60 452, b) 70 817. Bbg. COHEN 1946, p. 60. — MULLER (C.). Rem. syntactico-sém. sur certains adv. de temps. Fr. mod. 1975, t. 43, pp. 18-38.

déjà [deʒa] adv. de temps.
ÉTYM. 1265, des ja; de dès, et anc. franç. ja « tout de suite » (→ Jà), du lat. jam. → Jadis, jamais.
1 Dès l'heure présente, dès maintenant (avant ce qui était prévu). || Il a déjà fini son travail. || Il est déjà quatre heures : le temps passe vite. || Vous êtes déjà là ? Je ne vous attendais pas si tôt. || Il a déjà oublié sa leçon.
Dès lors, dès ce temps (en parlant du passé ou de l'avenir). || Il était déjà marié à ce moment-là. || Il est déjà venu hier. || Quand il arriva, son ami était déjà parti; il n'était déjà plus là. || Quand vous lirez cette lettre, je serai déjà loin. || Dans deux jours, il aura déjà reçu ma lettre. || Il l'aurait déjà reçue, si… || Déjà en 1900…
1 Ses enfants étaient déjà forts.
La Fontaine, Fables, II, 7.
2 Le cheval s'aperçut qu'il avait fait folie;
Mais il n'était plus temps : déjà son écurie
Était prête et toute bâtie.
La Fontaine, Fables, IV, 13.
3 Ce siècle avait deux ans. Rome remplaçait Sparte,
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte (…)
Hugo, les Feuilles d'automne, I.
4 Depuis longtemps déjà l'Empire romain agonisait.
J. Bainville, Hist. de France, I, p. 19.
5 Il a déjà très bien conscience de sa supériorité d'homme.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 246.
Loc. adv. D'ores et déjà [dɔʀzedeʒa]. 2. Or, cit. 4 et supra.
Fam. Déjà et d'une : d'abord (→ D'abord et d'une).
2 Auparavant, avant. || Je l'ai déjà rencontré ce matin. || Je vous ai déjà dit cela, je ne le répéterai pas. || Tout cela, c'est du déjà vu. Déjà-vu.
6 Je vous ai déjà dit que je la répudie.
Racine, Britannicus, II, 3.
7 On vous a déjà reproché de dire (…) un cul d'artichaut (…)
Voltaire, Disc. aux Velches.
3 Fam. Pour renforcer une constatation. || C'est déjà bien beau, c'est déjà beaucoup si…, ce n'est pas si mal. || J'avais déjà trop de travail : j'avais trop de travail comme cela.
8 Monsieur est assez fort, sans qu'à son aide on passe;
Je n'ai déjà que trop d'un si rude assaillant (…)
Molière, les Femmes savantes, IV, 3.
S'emploie familièrement, en fin de phrase, pour réitérer une question dont on a oublié la réponse. || Comment vous appelez-vous déjà ?
9 Merde, et qu'est-ce qu'elle a mis à la fin, déjà ? Oh ! la la !…
Geneviève Dormann, le Bateau du courrier, p. 154.
CONTR. Après, dorénavant, ensuite. — Pas encore (V. Encore).
COMP. Déjà-vu.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • déjà — déjà …   Dictionnaire des rimes

  • Deja-vu — Déjà vu Pour les articles homonymes, voir Déjà vu (homonymie). Le terme déjà vu, ou paramnésie (du grec para, à côté, et mnésis, mémoire, formé sur amnésis), décrit la sensation d avoir déjà été témoin ou d avoir déjà vécu une situation présente …   Wikipédia en Français

  • Déjà vu — Pour les articles homonymes, voir Déjà vu (homonymie). Le terme déjà vu, ou paramnésie (du grec para, à côté, et mnésis, mémoire, formé sur amnésis), décrit la sensation d avoir déjà été témoin ou d avoir déjà vécu une situation présente. Cette… …   Wikipédia en Français

  • déjà-vu — → 1. vu ● déjà vu nom masculin invariable Familier. Ce qui n est pas nouveau, ce qui est banal, sans originalité : Ce n est que du déjà vu. Trouble de la mémoire donnant au sujet l impression soudaine et intense d avoir déjà vécu dans le passé la …   Encyclopédie Universelle

  • Deja Vu — Déjà vu (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le déjà vu est un concept ; DejaVu est une police de caractères libre ; DjVu est un format d archivage numérique ;… …   Wikipédia en Français

  • deja — DEJÁ adv. În acest (sau acel) moment, de pe acum (sau pe atunci), încă de pe acum (sau de pe atunci). – Din fr. déjà. Trimis de RACAI, 30.09.2003. Sursa: DEX 98  DEJÁ adv. v. încă. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime  dejá adv …   Dicționar Român

  • déja — DÉJA. adv. de temps. Dès cette heure, dès à présent. Avez vous déjà fait? Est il déjà quatre heures? Le Courrier est il déjà arrivé? Quoi! vous voilà déjà revenu? Quoi! déjà? f♛/b] Il signifie aussi, Dès l heure dont on parle. Déjà le Soleil… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Déjà Q — Star Trek: The Next Generation episode Data tries to console an inconsolable Q. Episode no. Sea …   Wikipedia

  • Deja — may refer to: Deja News, an archive of messages posted to Usenet discussion groups and its successor deja.com. Andreas Deja (born 1957), German animator. Deja, a village in Sălăţig Commune, Sălaj County, Romania See also All pages beginning with… …   Wikipedia

  • Deja Vu — Déjà vu [deʒaˈvy] (frz. „schon gesehen“) steht für: Déjà vu Erlebnis, das Gefühl eine an sich neue Situation schon einmal exakt so erlebt zu haben Déjà Vu – Wettlauf gegen die Zeit, US amerikanischer Thriller von Tony Scott aus dem Jahre 2006… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.